Périostites tibiales : retour sur ma blessure

Vous êtes nombreux à me poser des questions sur mes périostites tibiales : Qu’est-ce que c’est ? Comment les soigner ? Comment reprendre la course à pied ? Etc.

J’ai donc décidé de vous écrire cet article pour vous expliquer tout mon parcours depuis ma blessure. Il m’a fallu plus de deux mois pour y venir à bout ! Après une blessure, c’est toujours dur de reprendre comme avant car il y a toujours la peur de ressentir à nouveau la douleur. Mais à l’heure où je vous écris, je n’ai toujours pas ressenti ces douleurs. Lors de ma dernière visite chez mon kiné, il m’a confirmé que mes périostites tibiales étaient enfin soignées

(Liste des points clés à la fin de l’article)

En tout cas, un grand merci à vous pour votre soutien tout au long de ma blessure ! 

Qu’est-ce que c’est qu’une périostite ?

La périostite est l’inflammation du « périoste », une membrane fibreuse situé en périphérie de l’os. Cette inflammation est causée principalement par les impacts provoqués lors de la course à pied. Cette douleur survient dans plusieurs cas : une reprise trop poussée en debut de saison ou encore un entrainement trop intensif. 

Comment ça s’est déclenché ?

C’est lors d’une sortie avec un ami, mi-Mai, qu’une grosse douleur m’a figé au niveau du tibia/mollet. J’ai essayé de continuer mais la douleur était de plus en plus forte à chaque impact, on s’est donc arrêtés.

Quelques jours plus tard, j’étais en train de courir à Paris entourée de bloggeuses, puis à Bordeaux avec une copine… la douleur me saisissait à chaque fois après 1km et je ne comprenais pas du tout ce qui m’arrivait. Et ce n’était pas tout, parce que je la sentais encore au repos ou en marchant… la douleur commençait à être insupportable. J’ai donc décidé d’écouter mon corps et de comprendre exactement d’où venait la douleur. Celle-ci était située sur l’avant de mes tibias… j’ai rapidement fait le rapprochement avec les périostites. Evidemment, je ne suis pas un professionnel alors j’ai pris rendez-vous avec le médecin du sport tout en décidant de ne plus courir jusqu’à la consultation.

En sortant du médecin, c’était ça… des périostites tibiales. En réalité, mon monde s’est un peu effondré après cette nouvelle, même si je m’y attendais. Depuis mes débuts en course à pied, j’ai rencontré beaucoup de monde, dont plusieurs personnes qui ont arrêtées la course à pied à cause de cette blessure. Alors pourquoi moi je pourrais continuer à courir ?
Heureusement, comme j’étais venue assez tôt, mon médecin était plutôt optimiste et était prêt à m’entourer des bonnes personnes et à m’accompagner !

Sur la route de la guérison des périostites tibiales

Les ordres du médecin étaient clairs : arrêt de la course à pied pendant 1 mois et reprise progressive par la suite. La périostite tibiale est une inflammation, cela permettrait d’aider à la calmer. A côté, je pouvais toujours faire de la natation, du vélo, du yoga ou encore du crossfit (en adaptant les entrainements).

J’ai dû prendre rendez-vous chez le podologue pour réaliser des semelles, que je devais porter dans un premier temps dans mes chaussures avant de courir à nouveau. Le port des semelles ne permet pas la guérision, mais la prévention de la récidive de la blessure. Mon podologue a aussi vérifié si mes chaussures étaient adéquates pour ma pratique sportive. 

Pendant ce mois, j’étais accompagnée par un kiné, avec deux rendez-vous par semaine. Ce n’est pas nécessaire pour tout le monde, mais mes périostites me faisaient mal même à la marche. Mon kiné effectuait donc un travail de « ponçage », soit à la main, avec des outils ou des ventouses. C’était très douloureux en tout cas, mais cela aide à favoriser la vascularisation et donc à calmer l’inflammation. Puis il me plaçait des électrodes et des bouillotes pendant 15 minutes. Enfin, en fin de séance, il m’appliquait de la lotion cryo. Il me faisait aussi régulièrement des cataplasmes d’argile verte, très bon contre les inflammations. J’en ai donc acheté pour m’en faire à la maison. 

Reprise de la course à pied après des périostites tibiales

Au fur et à mesure, mes douleurs étaient présentes seulement au toucher. Après les manipulations de mon kiné, j’avais des sortes de bleus sur les jambes.

Avant de reprendre la course à pied, j’ai pris rendez-vous chez le médecin du sport pour continuer mon suivi et surtout avoir sa validation quant à ma repriseLa semaine suivante, j’étais en tenue de sport et prête à m’élancer ! Mais beaucoup d’appréhensions me trottaient en tête. Ma première sortie s’est finalement très bien passée. Au début, la douleur était localisée vers le bas de mon tibia mais après cette première sortie, je sentais au toucher que la douleur avait migré en haut de mon tibia.

J’ai respecté le programme du médecin en reprenant progressivement la course à pied :

  • 2 x 15 minutes, 2 x 20 minutes, 2 x 30 minutes,… par semaine, si les douleurs ne réapparaissaient pas. (+ glaçage après course)

J’ai fait mes premières sorties toute seule pour être sûr d’écouter mon corps et d’aller à l’allure dont j’avais besoin. Je vous conseille aussi de privilégier les sols souples, plutôt que de courir sur route. 

Je suis encore suivie par mon kiné que je vois à présent une fois toutes les deux semaines pour garder un suivi. A côté, je fais des étirements au niveau de la zone. Il m’a aussi conseillé de renforcer ma chaine postérieure

Si je peux vous donner quelques conseils…

En course à pied, une blessure est très vite arrivée. Il faut donc écouter son corps, c’est très important. Dès l’apparition d’une douleur, il faut faire une pause. Si elle revient il ne faut pas hésiter à consulter un medecin. 
En effet, dans le cas d’une périostite tibiale, cela peut évoluer en fracture de fatigue ! Alors je sais que c’est compliqué de s’arrêter, mais c’est le mieux pour votre corps.

L’hydratation, boire de l’eau c’est aussi très important ! 

Je pense que ce qui m’a aidé, c’était le fait de pouvoir pratiquer le surf ou encore des séances de vélo indoor (chez Spinbreak à Bordeaux). C’était pour moi le moment où je faisais du sport et que je me vidais la tête, sans penser à mes périostites.
Je vous conseille donc de trouver un sport sans impacts avec lequelle vous pouvez alterner les séances de sport. 

Le but est de calmer l’inflammation, en résumé :

  • Arrêt de la course à pied et sports à impact pendant 1 mois 
  • Kiné 2 fois/semaine 
  • Consulter un podologue 
  • Plus : cataplasmes d’argiles, lotion cryo, glaçage de la zone inflammée 
  • Etirements, Yoga 
  • Hydratation 

J’espère avoir pu répondre à vos interrogations, et avoir pu vous aider si vous aussi vous êtes blessés. Je pense qu’il n’y a pas de solutions miracles, à part de la patience. Je vous conseille d’être bien entouré au niveau de l’équipe soignante et surtout reprendre en douceur ! 

 

Si tu as des questions, ou que tu as un retour d’expérience, n’hésite pas à me laisser un commentaire sous cet article ou m’envoyer un message.

Merci Mathilde Alba pour les photos !
Tenue : Under Armour #willfindaway

Sur le même thème

2 commentaires

  1. Je sors d’une tendinite au genou alors je comprends bien. Je reprends doucement depuis août, mais vraiment doucement tellement j’ai peur que la blessure revienne. J’ai réussi à faire 8km, ça va me détendre un peu 😊

    1. Hello Fanny,

      Les blessures en course à pied c’est tellement courant !
      Tu fais bien de reprendre doucement, mais hésite pas à y aller un peu plus, écoute de la musique, pense à autre chose chose que y’a blessure 🙂 Des fois on pense avoir ma liste mais c’est juste notre cerveau..
      bravo à toi pour ce 8km !! Tu vas voir ça hab revenir tout seul et la blessure ne sera plus qu’un mauvais souvenir XX

Laisser un commentaire